maroc

Maroc : premières impressions d’un pays fascinant

« J’y suis allé onze fois. » « Moi, neuf. » « Moi cinq. » Maintenant, je comprends. Avant de me lancer dans un voyage, j’ai été surpris que tant de gens répètent le même destin en étant notre monde aussi insondable soit-il. Après sept jours de tournée au Maroc, prenant le pouls de cette bande nord-africaine, j’ai trouvé la réponse : ce pays accroche et beaucoup. L’Alto Altas, les dunes du Sahara, les villages berbères, ses gorges impressionnantes, l’énergique, et pourquoi pas dis-le, écrasante Marrakech… Maroc. En tant que voisin dans l’espace aussi loin de notre culture occidentale. Si surprenant, si fascinant et en même temps si proche.

Résumer en une poignée de lignes toutes les expériences et sensations vécues sur le sol marocain avec Sara me semble un sommet difficile à couronner, une course de fond aux mille arrêts auxquels plus intéressant. Pourtant, j’ai tamisé les photos, allumé une lampe et laissé ses flashs m’aider à filtrer l’essentiel, ce qui m’a vraiment marqué. Le Maroc en sept instants.

Maroc : dormir dans le désert

Arriver à notre camp de tentes, situé au milieu de nulle part sur le dos d’un dromadaire, alors que le soleil disait au revoir en teignant les dunes avec la palette la plus incroyable de jaunes, d’ocres et de roses que vous puissiez imaginer, était quelque chose d’indicible.

Nous avions littéralement le désert pour nous seuls sans rien d’autre que les inévitables photos brisant la magie. J’adore être journaliste / blogueur de voyage mais je vous assure que dans ce voyage bref mais intense, j’aurais donné ce que je n’ai pas à oublier mon métier et que mon esprit et mes mains ne se sont pas éloignés un instant de la poignée de ma monture.

Puis vint le dîner, les chants berbères autour d’un feu de camp, les rires avec Anna -une Catalane devenue sœur du désert-, le réconfort des couettes qui couvraient notre lit et l’aube. Cette fois, j’ai fait ce qu’il fallait. Comme nous nous sommes réveillés tard, je me suis enfui. En pyjama et sans appareil photo. Il faisait très froid mais le sang qui galopait dans mes veines me permettait de me réchauffer et de profiter comme une petite fille du spectacle bouleversant de voir naître un nouveau jour avec mes pieds enfouis dans le sable.

Maroc : les spectaculaires gorges du Todra

Le tout-puissant Atlas, Ouarzazate, la belle kasbah d’Ait Ben Haddou, Skoura, la Vallée des Roses, le Dadès… Chacun des coins du sud que j’ai rencontrés pendant les trois jours de route m’a semblé plus puissant que le précédent mais, mis à en choisir un, mon âme voyageuse reste avec les gorges du Todra. Une faille de 300 mètres de profondeur, située à 15 km. de Tineghir, qui s’ouvre pour former une gorge de seulement 10 mètres de large. Se sentir pris au piège entre les rochers et lever les yeux pour voir comment ce caprice de la nature coupe le ciel jusqu’aux rives de la rivière est une expérience fascinante qui vous fait vous sentir plus petit qu’un grain de sable. Vous pouvez essayer de chercher mille approches mais aucune image n’honorera sa grandeur, sa présence sauvage.

Gorges du Todra. Maroc

Maroc : de Merzouga à Marrakech

Le dernier jour de notre itinéraire, nous avons défait les 580 km. qui séparent Merzouga de Marrakech. Pendant ces longues heures en 4×4, j’ai profité de ma position de copilote pour me mettre dans la peau d’un spectateur discret. J’aime interagir avec les gens dans les endroits que je visite, mais parfois j’aime prendre du recul pour observer la réalité telle qu’elle est. Authentique, sans artifice, sans la présence d’une caméra à proximité violant son essence.

Berger berbère. Maroc

Montgolfière à Marrakech

Se lever tôt a ses avantages et l’un d’eux est qu’il permet de monter en ballon pour contempler les zones rurales entourant Marrakech à vol d’oiseau. La vérité est que les vues ne sont pas aussi spectaculaires que celles que l’on peut voir dans d’autres scénarios, mais le simple fait de voir les premiers rayons de soleil tomber sur les sommets enneigés de l’Atlas en valait la peine.

Lire aussi  Dormir dans une tente dans le désert du Maroc : une expérience inoubliable
Vol en montgolfière. Marrakech. Maroc

Le rôle des femmes au Maroc

C’était un vrai luxe. Pendant quelques heures, nous avons visité l’essentiel de Marrakech en compagnie de Fatima, une guide locale experte qui a stoïquement subi la batterie de questions que nous avons jetées chez elle. Bien sûr, nous étions intéressés à visiter le palais de la Baie et à écouter ses histoires sur les favoris et les concubines, à admirer l’architecture arabo-andalouse de la madrasa Ali Ben Youssef, à visiter le mellah ou à découvrir des curiosités telles que que la plus petite boule qui couronne le minaret de la mosquée de la Koutoubia a été forgée en or avec les bijoux de l’épouse du roi Yaqub Al-Mansur, comme pénitence pour avoir rompu le jeûne du Ramadan sur un coup de tête. Des trucs de grossesse…

Mais ce qui nous attirait le plus, c’était de savoir à quoi ressemblait la vie quotidienne des Marrakech, en particulier le rôle des femmes. Son exemple n’aurait pas pu être plus révélateur. Fatima a cinq sœurs et chacune exprime son respect pour l’islam à sa manière. L’une s’habille à la mode occidentale, d’autres cachent son corps à moitié ou complètement, et elle avoue qu’elle ne se couvre la tête avec le hijab (voile) que lorsqu’il pleut pour que ses cheveux ne se fâchent pas. À l’heure du déjeuner, ils se rassemblent autour de la table familiale et tous sont traités sur un pied d’égalité malgré le fait que leurs convictions ne communient pas à cent pour cent. Il insiste également sur le fait que la pratique du culte est garantie par la Constitution, que les femmes peuvent exercer la garde de leurs enfants et que la lutte contre la discrimination dans l’emploi se poursuit.

La médina de Marrakech

Après avoir rencontré Javier Bardem, le petit Nicolás et m’avoir fait un clin d’œil accompagné d’un « alors tourne mon arme » sur la place Jemaa el-Fna, nous avons erré sans but dans la médina labyrinthique. Alors que nous nous éloignions des souks les plus proches, les appels insistants à l’attention des vendeurs ont cessé et nous sommes devenus invisibles aux yeux de ceux qui croisaient notre chemin. Les magasins fermaient, les allées et venues incessantes des voitures et des motos étaient atténuées par moments – à la fin j’ai décidé que c’était eux qui m’esquivaient -, pas un seul touriste et une pluie légère mouillant les rues … Et nous étions cette paire de deux, profitant d’une ville qui ne semblait qu’à nous.

Nous terminons la journée sur la terrasse du Café Glacier qui, à côté du pont de Galata à Istanbul, est déjà devenu l’un de mes coins préférés de la planète. Nous nous sommes réfugiés dans une nuit fermée marquée par le méli-mélo de sons émanant d’El-Fna, le cœur vibrant de Marrakech. Et oui, ils ont dû nous mettre dehors même si j’étais resté là jusqu’à l’aube.

Place Jemaa el-Fna depuis le Café Glacier de Marrakech. Maroc

La gastronomie du Maroc

Le Maroc a le goût des tajines, des couscuus, des brochettes et des keftas, du jus d’orange et du thé à la menthe. Il sent la cardamome, rincer le hanout, la coriandre, la cannelle, le curry, le curcuma et la muscade, et son toucher englobe la délicatesse de l’huile d’argan pure, la force de l’adobe de ses mille hasbahs, la rugosité de ses formations géologiques d’origine et la douceur du sable du désert. J’imagine que ça sentira aussi la mer à Essaouira et le reste de la côte atlantique et méditerranéenne mais il faudra que je découvre ça lors d’un prochain voyage.

Tajine au poulet. Maroc
Élaboration de l’huile d’argan. Maroc
Stand d’épices. Marrakech

Et jusqu’ici ce voyage à travers le Maroc qui, je l’espère, remplit son objectif : vous encourager à découvrir ce pays fascinant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut